Retour aux courriers publics

Diffusion des œuvres des compositrices et compositeurs vivant·e·s sur France Musique

Dans un courrier adressé à Sibyle Veil, Présidente – Direction générale de Radio France, le syndicat l'alerte sur le manque de visibilité des compositrices et compositeurs de musique contemporaine sur l'antenne de France Musique, particulièrement durant la crise sanitaire.

Madame la Présidente – Directrice générale,

À propos des derniers succès d'audience de France Musique, son directeur a écrit : « En ces temps troublés, plus que jamais, ce monde a besoin de musique et de ceux qui la jouent, dans le partage et la fraternité ». Marc Voinchet semble avoir oublié qu'avant d'être interprétée et diffusée sur l'antenne qu'il dirige, cette musique a également besoin d'être écrite.

Le 12 novembre dernier, nous lui adressions une lettre afin de l'alerter sur la nécessité d'organiser la survie des compositrices et compositeurs bien vivants en diffusant largement leurs œuvres à l'antenne.
En effet, d'une part, l'annulation des concerts fait craindre un tarissement des commandes dans les années à venir puisque les institutions programmeront les créations annulées depuis un an avant de commander de nouvelles œuvres. D'autre part, leur rémunération, souvent décalée temporellement, a exclu les compositrices et compositeurs de la plupart des dispositifs de soutien mis en place par l'État.
Alors que débutait le deuxième confinement et que l'activité musicale se trouvait une nouvelle fois à l'arrêt, une diffusion de leurs œuvres sur France Musique aurait permis de leur redonner une visibilité, tout en générant des droits de diffusion qui auraient pu pallier, partiellement, à l'absence de concerts.
Si ce point était une évidence lors de nos échanges avec le cabinet de Roselyne Bachelot au ministère de la Culture, notre courrier adressé à la direction de France Musique est resté sans réponse. Nous ne pouvons que déplorer cette absence de considération et de solidarité.

Le cahier des charges de Radio France prévoit « un programme musical présentant les divers genres musicaux, favorisant la création musicale et s'attachant à mettre en valeur les œuvres du patrimoine et la musique vivante ». La concurrence du privé semble avoir progressivement éloigné France Musique de sa première mission au profit du répertoire de patrimoine, aujourd'hui largement prépondérant à l'antenne.
En juin 2019, il aura fallu la mobilisation d'une grande partie du monde musical pour sauver quelques heures d'émissions qui, d'une diffusion quotidienne, sont désormais comprimées sur une seule soirée par semaine. Au final, Le carrefour de la contemporaine représente 2,6 % du temps total d'antenne et la création contemporaine n'a malheureusement plus de réelle place quotidienne sur cette station.

La manière de se projeter dans l'avenir et de se réinventer collectivement sont au cœur des débats qui irriguent notre société depuis de nombreux mois. Cette projection ne peut aller de pair avec une invisibilisation des compositrices et compositeurs de musique contemporaine qui prolongent aujourd'hui la tradition de la musique classique et la renouvellent jour après jour. Mettre à l'arrêt l'écriture de ce répertoire et se cloîtrer sur les œuvres du passé – que, par ailleurs, nous affectionnons tant – serait un dangereux contresens. Plus que jamais, il nous semble que le rôle d'une radio de service public doit être de se faire le miroir, non-déformant, de l'inventivité musicale à l'œuvre dans notre société.

Si la crise actuelle a fait émerger une réelle fragilité de notre secteur, nous voulons réfléchir à l'avenir et construire avec vous une manière de rendre visible dans les prochains mois sur l'antenne de France Musique la richesse et l'effervescence des propositions artistiques des compositrices et compositeurs, dans toute leur diversité esthétique.
Nous souhaiterions donc pouvoir vous rencontrer prochainement afin de pouvoir nous atteler ensemble à cette question nécessaire et désormais urgente. Dès lors, nous restons à votre disposition pour pouvoir convenir d'un rendez-vous, que nous espérons proche.

Nous vous prions d'agréer, Madame la Présidente – Directrice générale, l'expression de nos sentiments respectueux et dévoués.

Courrier public à télécharger [ PDF ]