Retour aux courriers publics

Vive inquiétude des acteurs de la création musicale quant aux nouveaux dispositifs d'aides mis en place par la SACEM

Suite à la mise en place de nouveaux dispositifs d'aides par la SACEM, un courrier adressé à François Besson, directeur de l'action culturelle, récapitule les inquiétudes, les fragilités et les mises en danger identifiées par les acteurs de la création musicale.

Monsieur,

La date limite de dépôt des dossiers pour les dispositifs d'aides de la Sacem était fixée au 14 février 2021. Un grand nombre d'acteurs culturels ont donc déposé leurs dossiers dans les temps pour prétendre aux aides financières proposées. Pour autant, nous souhaitons vous faire un retour sur ces dispositifs d'aide qui mettent en péril leurs structures via un rendez-vous en visio-conférence avec les représentants de nos syndicats et fédérations.

La situation sanitaire actuelle a, comme nous le savons, imposé une refonte d'attribution des aides de la part de la SACEM. La presque totalité des crédits d'interventions pour « les musiques contemporaines » a donc été supprimée pour créer de nouveaux dispositifs, moins bien dotés mais bien plus lourds administrativement. Les festivals, les ensembles et toutes structures de production sont ainsi privés de façon brutale et sans concertation d'une ressource importante dédiée aux compositeurs.

Après l'analyse et l'étude de l'impact de ces nouveaux dispositifs sur le soutien à leur activité, les acteurs de la création (ensembles spécialisés, compositrices et compositeurs, festivals, centres nationaux de création musicale) souhaitent exprimer leur plus vive inquiétude.

L'évolution de ces dispositifs, et notamment la transformation d'une aide à la saison en une aide aux projets centrée systématiquement autour d'une commande, met en péril une dynamique profonde engagée depuis plusieurs années dans un dialogue fécond avec les compositrices et les compositeurs, favorisant d'un côté la création et la diffusion des œuvres nouvelles et, d'un autre, la promotion de formes innovantes de concerts et de spectacles.

Plusieurs zones de fragilisation apparaissent avec la mise en place de ces dispositifs, avec des répercussions en chaine, défavorables au travail même des créateurs :

Les acteurs de la création s'inquiètent de nombreuses mesures qu'ils pourraient avoir à prendre au vu des nouvelles projections budgétaires :

Toutes ces répercussions, au-delà de leur impact négatif sur les structures, ne peuvent que porter atteinte à l'émancipation créatrice des compositeurs et à la vie de leurs œuvres.

Futurs composés, Profedim, le Syndicat français de compositrices et compositeurs de musique contemporaine (SMC), la FEVIS, l'Association des centres nationaux de création musicale (a/CNCM) souhaitent au plus tôt engager une discussion avec la Sacem autour de ces inquiétudes et de ces réflexions pour accorder les nécessités d'une refonte des aides au vu de la situation actuelle et à la réalité artistique et économique.

Nous souhaitons plus de transparence sur les budgets supprimés ainsi que sur celui des nouveaux dispositifs. Nous demandons également un engagement clair pour le retour à des budgets au minimum équivalents lorsque les recettes reviendront à la normale.

Organisations signataires

Courrier public à télécharger [ PDF ]