Retour au sommaire

La voix des compositrices et compositeurs dans le débat sur le développement des centres nationaux de création musicale

Besoins

Les compositrices et compositeurs, en tant que forces vives de la création musicale, tiennent à exprimer au ministère de la Culture et aux collectivités les besoins qui sont les leurs dans le développement des CNCM :

Moyens artistiques et humains des CNCM :
Nous avons besoin que les CNCM soient en mesure de passer davantage de commandes d’œuvres.
Nous avons besoin que les équipes encadrantes des productions et d’accueils des résidences soient en mesure de répondre pleinement aux attentes de chaque projet dans lequel s’engage un CNCM.

Soutiens aux résidences :
Nous avons besoin que soient renforcées et développées les aides de l’État aux projets et aux résidences de compositrices ou compositeurs auprès de structures (lieux de diffusion, les orchestres, ensembles, chœurs, opéras, conservatoires, écoles, etc.), dès lors qu’un CNCM en est volontairement partenaire.

Nouveaux CNCM :
À l’heure actuelle les CNCM ne rayonnent pas de manière homogène sur l’ensemble du territoire national.
Nous avons besoin de nouveaux CNCM sur le territoire. Nous demandons à ce que ces nouveaux CNCM soient créés en concertation avec les premiers concernés : les créatrices et créateurs de musique.
Nous voulons être assurés que ces nouveaux CNCM aient la capacité de mener réellement à bien la mission qui leur incombe dans les meilleures conditions.

Temps forts :
Nous avons besoin que soient soutenus les temps forts et festivals portés par les CNCM. Ils sont l’un des canaux de diffusion importants de notre métier. Ils sont le reflet de la vitalité de la création qui anime les CNCM tout au long de l’année et doivent davantage favoriser la rencontre entre les musiques de création et les publics.

Résidences d’ensembles spécialisés :
Nous avons besoin d’une présence régulière et soutenue d’ensembles instrumentaux et vocaux spécialisés, sur une ou plusieurs saisons dans les CNCM, pour rapprocher davantage les interprètes et les concepteur·trice·s dans le processus d’expérimentation autour des écritures.